Neurosciences

Schizophrénie

Ce qu'il faut savoir

Qu'est-ce que la schizophrénie ?

La schizophrénie est une maladie mentale (psychose) caractérisée par une désorganisation de la personnalité et par une perte de contact avec la réalité.1

La maladie évolue le plus souvent sur une longue période.2 Les modifications du caractère et du comportement s’observent sur plusieurs mois, voire plusieurs années.3

Quels sont les symptômes ?

Les personnes atteintes de schizophrénie présentent des troubles de la pensée qui génèrent la sensation d’être incompris. Elles peuvent entendre des voix (hallucinations), développer des idées étranges ou délirantes (ex : persécution, mégalomanie) et présenter des modifications de l’humeur, passant de l’exaltation à la tristesse.2,3

Quelquefois, le malade peut connaître des périodes de repli sur soi. Il est incapable d’agir, devient renfermé, refuse de parler ou de manger, reste totalement immobile pendant des heures.1

L’altération des processus de pensée peut s’exprimer dans le langage et le comportement. Le sujet passe d’un thème à un autre, sans lien entre eux dans un discours désorganisé et obscur. Cette désorganisation de la pensée s’associe fréquemment à un comportement désorganisé : conduites sociales bizarres, tenue vestimentaire inadaptée, rituels étranges. Sur le plan physique, le malade peut adopter une posture figée comme des signes d’agitation.3

Tout au long de la maladie, les symptômes peuvent varier et évoluer par poussées, avec des rechutes ou récidives, et des rémissions plus souvent partielles que complètes.4

Comment se fait le diagnostic ?

Ces différents symptômes et cette désorganisation sont essentiels pour diagnostiquer la schizophrénie. C’est la persistance et l’association de ces symptômes, pendant au moins 6 mois, qui permet de porter le diagnostic de trouble schizophrénique. 3

Lors du diagnostic de la schizophrénie, un bilan initial est réalisé afin :

- d’en évaluer la sévérité ainsi que la façon dont elle évolue ;

- de rechercher d’autres maladies et des éventuelles complications ;

- d’envisager les traitements adaptés.2

Des examens complémentaires peuvent être demandés par le médecin : prélèvements sanguins, électrocardiogramme, examens d’imagerie (scanner cérébral ou IRM).2

L’établissement du diagnostic nécessite le plus souvent plusieurs évaluations du fait de l’hétérogénéité des symptômes et de l’aspect potentiellement trompeur des manifestations inaugurales. Il est important de tenir compte des informations de l’entourage.5

Comment évolue la maladie ?

Le pronostic de la maladie reste difficile à formuler. Il varie en fonction de l’âge de début de la maladie, du bon suivi du traitement par le patient, du statut socio-économique, de la facilité d’accès aux soins, de la qualité du soutien psychologique et social et de la présence de facteurs aggravants, comme la dépression ou l’abus de substances. 1,4

 


Sources :
1. Larousse Médical 2006, Ed. Larousse
2. Guide ALD. La prise en charge de votre schizophrénie. HAS. Novembre 2007
3. Llorca PM. Mieux connaitre la schizophrénie. John Libbey Eurotext 2006
4. Thomas P. Schizophrénie et troubles bipolaires: dimensions cliniques. Encéphale. 2009 Suppl 5:S142-5
5. Guide Affection Longue Durée. Schizophrénies. HAS Juin 2007

 Dernière mise à jour de la page : 29/10/2012